Les secrets de la course automobile : dans les coulisses avec Castrol et Renault Sport

Un futur ingénieur en mission pour Castrol auprès de Renault Sport Racing à l’occasion d’un Grand Prix. Voici son histoire

On pourrait appeler ça la semaine de stage ultime. Pour Marcello D’Aprile, 21 ans et étudiant en Génie Mécanique à l’Imperial College de Londres, être invité à passer la journée avec l’équipe Renault Sport Formula One officielle et à visiter le Centre technologique britannique de Castrol n’a posé aucun problème. C’était pour lui l’occasion de jeter un œil dans les coulisses, ou tout au moins d’impressionner ses professeurs à la fin du semestre suivant. Mais ce n’était pas tout. Les trois derniers jours de la semaine devaient se passer en compagnie de l’équipe Renault susmentionnée, au Grand Prix de Grande-Bretagne. Ce qui, pour un fan de Formule 1 et un amoureux du bitume autoproclamé, était une offre qu’il ne pouvait pas refuser.

Et c’est ainsi que Marcello a commencé la « meilleure semaine de sa vie » par cette rencontre avec l’équipe Renault Sport Formula One. Renault est revenu s’asseoir à la grande table du sport automobile de façon spectaculaire, 40 ans après sa première compétition. Et cette saison, le team a présenté Castrol en tant que partenaire technique majeur. Renault a remporté son premier Grand Prix en 1979, soit près de deux décennies avant la naissance de Marcello, mais seulement trois ans avant qu’un ingénieur en aéronautique fraîchement diplômé du nom de Bob Bell ne s’embarque dans sa carrière en Formule 1. Aujourd’hui, Bob est le responsable technique de Renault Sport Racing, et ses 35 années de succès inclut les titres consécutifs de champion du monde de Renault (et Fernando Alonso) en 2005 et 2006. 

Plus que quiconque dans ce sport, il est bien placé pour donner le point de vue d’une équipe sur l’importance d’un partenaire technique tel que Castrol pour décrocher la victoire. Pour Bob Bell, « Castrol est un partenaire exceptionnel, un facilitateur considérable. Pour réussir en Formule 1, vous devez tenir compte de deux points essentiels : la fiabilité et la performance. Castrol est un partenaire essentiel pour nous permettre de faire ce que nous avons à faire sur ces deux aspects, et nous aider à gagner des courses et accumuler des points. »

Voici donc la logique de l’équipe en matière d’ingénierie. Mais pour mieux comprendre pourquoi Castrol s’investit à ce point au plus haut niveau du sport automobile, Marcello devait se rendre au Centre technologique Castrol de Pangbourne, en Angleterre. Will Pickford, responsable du programme F1 de Castrol, a pu expliciter le point de vue de Bob Bell. « C’est extrêmement simple : en nous impliquant dans la Formule 1, nous arrivons à mettre au point nos lubrifiants bien plus rapidement. Ce sport a des exigences extrêmes et son rythme ne pardonne pas. En moyenne, tout au long de la saison, il y a une course toutes les deux semaines et une série de tests officiels entre-temps. Les retours d’expérience sont immédiats, et nous recherchons et développons en permanence de nouveaux produits, ici, dans notre centre d’essai, ainsi que dans l’usine de l’équipe Renault Sport Formula One. 

Ce n’est qu’en travaillant de cette manière, avec un constructeur majeur, que nous pouvons maintenir le rythme de développement qui est essentiel pour nous aider à améliorer constamment nos lubrifiants automobiles. Et au bout du compte, bien sûr, c’est ça notre objectif. » Seb Hirsz est un technologue supérieur en F1 du centre de Pangbourne. Il joue un rôle crucial pour le soutien de Renault Sport Racing en faisant perpétuellement les caractéristiques de course des produits Castrol et a pu fournir à Marcello des exemples concrets pour illustrer les arguments de Will.

« Sur le circuit, nous fournissons une variété de services à l’équipe. Le team Renault Sport Formula One a besoin du meilleur soutien possible pour optimiser les capacités de son moteur, et les ingénieurs apportent également des analyses importantes – et immédiates – sur les performances du moteur à chaque Grand Prix. Par exemple, la présence de métaux quelconques dans les échantillons que nous prélevons durant l’entraînement ou les qualifications peut indiquer un problème potentiel, voire même expliquer une perte de performance. Notre travail ne se résume pas à simplement développer des produits. » 

Seb exécute la plus grande partie de son travail à Pangbourne, où il peut compter sur les compétences et l’attention de ses collègues tels que Jenna Hill, technicienne de développement. Elle est responsable de l’échantillonnage initial de toutes les nouvelles formules concoctées par Seb suite aux retours de Renault Sport Racing et de l’équipe Castrol sur site. C’est à cela que Will Pickford fait référence lorsqu’il évoque le rythme de développement ainsi que la logique qui sous-tend l’implication de Castrol en Formule 1.

Le temps que Nico Hülkenberg décroche le meilleur résultat de la saison pour le team Renault Sport Formula One à Silverstone le mois dernier (une 6e place et huit points capitaux pour le Championnat du monde), le futur ingénieur milanais avait pu profiter de trois jours complets dans le stand Renault et était d’humeur songeuse. « J’étudie peut-être ce sujet de manière générale, mais observer ‘l’ingénierie de l’extrême’ depuis le premier rang, ça change radicalement les perspectives. Je n’avais vraiment aucune idée de ce qu’impliquait un partenariat technique comme celui-ci, mais après avoir entendu ce que l’équipe et Castrol avaient à en dire, je commence à comprendre. Sans ce degré de développement en commun, le progrès technique ne serait pas aussi rapide. »

Et derrière cette poursuite de la perfection de Castrol se cache la nécessité de conserver ces mêmes standards supérieurs à travers chacun des produits qu’il commercialise. Qu’il s’agisse du travail que Castrol réalise auprès de l’équipe Renault Sport Formula One ou des produits Castrol EDGE que vous – ou votre garagiste – utilisez pour votre propre voiture, un partenariat tel que celui-ci a autant de sens aujourd’hui que lorsque Charles Wakefield a fondé sa société.